Les Effets des Gains de Productivite sur la Croissance

Les Effets des Gains de Productivite sur la Croissance

Le Taylorisme est utilisé dans le 19ème siècle comme nouvelle technique de production. On va avoir une hausse des salaires et un temps de travail dans de bonnes conditions. Le but de cette manœuvre est que les salariés puissent consommer plus facilement et donc faire augmenter la croissance économique du pays plus rapidement. On va alors traiter le sujet des effets des gains de productivités sur la croissance. Un gain de productivité est, pour une quantité de travail et/ou d'outils de travail identiques, une amélioration de la production d'une unité de production, ou d'une entreprise. La croissance désigne la partie de richesse créée dans un pays, en l’occurrence elle est calculée par l’indicateur de produit intérieur brut (PIB). On va alors se poser la question : Les gains de productivité ont-ils toujours un côté positif sur la croissance ? En première partie, nous allons voir qu’il y a une corrélation positive entre gain de productivité et croissance économique dans une première sous-partie le constat de cette corrélation positive et dans une seconde sous partie l’explication de cette dernière et dans un second temps, qu’elles ne sont pas forcément favorable à cette dernière, première sous partie avec une constatation de cet effet négatif et deuxièmement l’explication de ce phénomène.

Les gains de productivité peuvent avoir des côtés positifs sur la croissance économique d’un pays. Premièrement, on constate une création d’emploi. La baisse des coûts de production permet alors une hausse de salaire, une baisse des prix et des coûts de biens et de services, soit une augmentation de l’emploi. Et lorsque l’emploi augmente, le PIB augmente lui aussi (doc 1). L‘investissement augmente tout comme la production ce qui fait accroître la croissance (doc 3).

Cette augmentation de salaires permet donc une augmentation massive de la production mais avec le même nombre de salariés car les salariés sont plus motivés à travailler, qui entraîne donc un effet positif sur les bénéfices des entreprises. L’investissement augmente vu que les salaires augmentent et que les prix diminuent, les ménages ont tendance à plus investir ou à plus consommer. L’augmentation des salaires permet donc une plus grande embauche et les ménages vont forcements plus vouloir travailler. Cette augmentation de salaire permet aussi une hausse de la consommation, si l’on suit le schéma de la loi d’Engel : vu que les salaires augmentent alors les ménages peuvent plus facilement consommer. Donc cela engendre une hausse des exportations, de la compétitivité, ce qui engendre la consommation soit la production augmente (doc 3).

Mais ils peuvent induire aussi des effets négatifs car les entreprises peuvent aussi licenciés suite à cette augmentation de salaires, ils ne peuvent pas payer tout le monde. Le chômage augmente donc et cela impact sur la croissance. Lorsque les bénéfices sont bas, il va avoir une baisse de l’investissement car les ménages n’ont plus les moyens d’investir. Les gains de productivité permettent aussi de remplacer de plus en plus la main d’œuvre, ce qui met beaucoup de personnes au chômage (doc 6). C’est aussi le progrès technique qui donne une propension à remplacer la main d’œuvre par des nouvelles machines (doc 5).

Les ménages vont avoir une incitation moins haute à investir pour ceux qui seront au chômage vu que leur salaire ne leur permet plus. Les salaires diminuent et cela fait l’effet inverse de la loi d’Engel que vu précédemment : une baisse des salaires, ce qui engendre la baisse de la consommation. Les entreprises vont alors avoir un bénéfice plus bas que les entreprises qui se permettent d’augmenter les salaires, la production va alors être moins rapide que les autres. Le progrès technique va alors avoir un effet négatif sur l’emploi, le chômage de certains employés qui ne peuvent plus se permettre ce qu’ils pouvaient se permettre avant.

On voit alors qu’il peut y avoir des effets positifs sur certains ménages mais il peut aussi y en avoir des négatifs pour d’autres. On peut maintenant répondre à la question posée dans l’introduction : les gains de productivités ont-ils toujours un effet positif sur la croissance ? Il n’y a pas que des effets positifs des gains de productivité sur la croissance, ils peuvent aussi être négatifs dans le même domaine (ici le domaine de l’emploi). On peut alors se demander si les gains de productivité sont un des acteurs principaux du développement économique d’un pays.