Comment se Préparer aux épreuves Fondamentales de Dissertation et D'explication de Texte du Baccalauréat ?

Comment se préparer aux épreuves fondamentales de dissertation et d'explication de texte du baccalauréat ?

Si le mot "méthode" est devenu une sorte de sésame interdisciplinaire et paré de toutes les vertus, chaque discipline a sa spécificité : la dissertation n'est pas un devoir de français et le commentaire philosophique ne s'identifie pas au commentaire de texte littéraire.

Présentation de la copie :

- Grandes copies doubles à grands carreaux de préférence. Pour les copies à petits carreaux, écrire toujours en passant une ligne.
- Laisser la marge + deux carreaux sur la gauche pour les annotations du professeur.
- Recopier TOUJOURS le sujet ou indiquer le sujet 3 (explication du texte de….)
- Laisser 2 lignes entre l'introduction et la première partie et 2 lignes entre la dernière partie et la conclusion.
 laisser une ligne entre chaque partie du développement :
 aller à la ligne après chaque paragraphe.
 2parties minimum (quand il n'y a qu'une seule alternative) 4 maximum. En prévoir 3 en terminale dans 99% des cas).
 aérer, impérativement et équilibrer le devoir.
Outils de réflexion nécessaires :

Une culture générale
Une méthode de pensée

Savoir lire le sujet ou le texte :

Qu'est-ce qu'analyser un sujet ou un texte ? Comment s'y prendre ?
Utiliser ses connaissances (Notes de cours, fiches récapitulatives et de lecture, manuels, Internet à bon escient, …)
Distinguer : un terme, une idée, une notion, un concept…
Penser à définir les termes essentiels en cherchant leurs sens dans le contexte présent.

Comment argumenter ?
Problématiser
Travail d'argumentation (les différentes formes)

La rédaction du devoir
Ne jamais rédiger tout le devoir au brouillon mais établir un plan détaillé puis rédiger l'introduction, la recopier et commencer à rédiger le devoir sur la copie. Si une phrase parait difficile, l'écrire au brouillon puis la recopier et continuer sur la copie. Enfin, rédiger toute la conclusion au brouillon et la recopier.
Pourquoi rédiger l'introduction après le plan détaillé ?
Syntaxe, style et orthographe :
Corriger l'expression (la syntaxe= l'ensemble des règles qui président au bon ordonnancement des mots dans la phrase)
Nécessité d'une rigueur et d'une clarté fondamentales dans toute communication et notamment en philosophie, d'où emploi du mot juste et de son bon usage. Les phrases doivent être courtes, précises, concises et faire progresser la problématique au fur et à mesure qu'elles sont avancées.
Eviter :
Les barbarismes (mots inventés ou grossièrement déformés alors que les termes propres existent bien !)
Les solécismes (fautes de construction de la phrase : ne pas dire malgré qu'il… mais bien qu'il…)
Revoir les règles de grammaire et corriger ses fautes.
Eviter le style alambiqué ("prendre la paille des mots pour le grain des choses" et se "gargariser" en pensant que ce qui est compliqué est un gage de pensée riche !) et les propos vides.
Un style sobre, mesuré, souple et varié

Le devoir n'est pas un tribunal où l'on règle ses comptes.
Apprendre à écrire les noms d'auteurs avec exactitude.
Enrichir son vocabulaire en ayant TOUJOURS à portée, lors du travail personnel, un DICTIONNAIRE et le carnet de vocabulaire qui doit être personnel.
Pas d'abus du "mais" (qui exprime la réserve, la restriction…) et du donc…

Qu'est-ce qu'une dissertation ?

Informations officielles :

"La dissertation joue un rôle essentiel dans l'enseignement philosophique ; elle permet d'apprécier l'exercice du jugement, la conduite d'une réflexion cultivée et l'aptitude à l' exprimer par un discours ordonné".
La dissertation doit donc être personnelle, ce qui signifie qu'il va falloir se méfier des idées reçues, des avis tout faits. L'expérience vécue du sens commun ou livresque peut néanmoins servir de point de départ à une réflexion originale.
Il ne suffit pas de parler spontanément, sincèrement ou d'exprimer des états d'âme mais d'argumenter, confronter des jugements (pratiquer l'intersubjectivité au sein même de la réflexion) de la manière la plus objective possible, penser avec l'autre.
La dissertation demande la capacité de se décentrer (jamais de "je" en philosophie, ce que n'exclut en rien un engagement personnel).

Comment aborder le sujet ?
Lire attentivement le sujet et établir une mise en relation entre tous les termes (sans en oublier aucun).

CLARIFIER le sujet
Chercher la définition précise des termes (celle qui convient dans le contexte donné et non s'en tenir à ce que l'on croit savoir ou ce que le sens commun entend).

IDENTIFIER LE PROBLEME
Une question appelle une réponse mais un problème appelle une discussion parce que la réponse ne va pas de soi. Aucune question de philosophie n'est neutre et demande à être examinée.
Il faut donc PROBLEMATISER le sujet en cherchant par quelles questions (les présupposés) il faudra passer avant de donner une réponse à la question initiale. Ces questions doivent être posées dans un ordre précis, conçu par l'élève, suggérant, ainsi le plan de la dissertation.
Il s'agit de trouver le programme de recherche qui permet de passer d'une évidence ou d'une opinion du sens commun à un problème philosophique nettement caractérisé. La démarche relève de la rigueur mathématique avec la difficulté supplémentaire qui consiste, pour l'élève, de poser lui-même les questions auxquelles il devra répondre avant de répondre définitivement au sujet.
L'attitude préalable doit s'interdire de répondre d'emblée et s'interroger sur ce qui parait peut-être évident. Un sujet de philosophie n'est jamais évident et demande toujours une analyse et un jugement critique (qui n'est pas un jugement de dénigrement).
Il faut donc toujours remonter de la question qui se pose apparemment de façon directe, aux conditions dans lesquelles il a été possible de les formuler.
De là deux types d'interrogation :
Pourquoi peut-on poser ce problème (quelles sont les conditions de possibilité ?)
Pourquoi y répondre de telle façon et non de telle autre, c'est-à-dire quels sont les présupposés qui me sont propres (dans le devoir) :
Qui soutient les évidences ?
Quels sont les enjeux de la problématique ?
Il s'agit donc, encore, d'un travail logique.

A partir de là, il va falloir adopter une thèse pertinente (afin d'envisager une réponse plausible).

L'introduction
A établir après l'élaboration du plan détaillé.
On doit retrouver, dans l'introduction, l'énoncé du sujet (mais à la fin de l'introduction)
Il faudra, au préalable avoir avancé les présupposés (avoir posé, logiquement, les questions intermédiaires par lesquelles il faudra passer pour pouvoir faire le tour de la problématique. Ainsi, le plan apparaît d'emblée). Le raisonnement fait appel à la rhétorique.
Écueils à éviter dans l'introduction :
Introduction préhistoire : de tout temps… depuis que l'homme existe et qu'il pense…
Introduction lyrique…
Pas d'exemples dans l'introduction ni de citations mais l'expérience du sens commun peut servir de point de départ
Entrer directement dans le sujet. L e but de l'introduction est de poser un problème.

Le développement

3 parties en général, 2 si une seule alternative est à envisager, 4 rarement. Le modèle thèse/antithèse/synthèse ne s'impose pas "ne varietur".
Chaque partie comprendra au moins deux paragraphes équilibrés.
Les parties doivent s'articuler. Comment procéder ? Intérêt ou pas d'une transition particulière.

Chaque partie du développement reprendra, dans l'ordre logique, un des trois présupposés évoqués dans l'introduction.
L'analyse devra faire preuve d'un raisonnement rigoureux et faire apparaître un ou deux exemples (ou citations en sachant qu'une citation n'a valeur que d'opinion et non de vérité aussi illustre en soit l'auteur) dans chaque paragraphe.
Qu'est-ce qu'argumenter ?
La valeur du devoir tient à son argumentation.

Alterner exemples et idées générales
(Abstraire = dégager l'idée générale à partir d'exemples)
Le devoir ne peut être une litanie d'exemples ou une litanie d'idées abstraites.
Argumenter c'est donc fournir les raisons pour telle ou telle conclusion en répondant progressivement et logiquement aux présupposés.

Les 4 étapes :
Fonder l'argument, poser l'argument, exemplifier ou faire appel à une citation et dégager les conséquences de l'argument.

1 argument = 1 paragraphe.
Le développement doit aussi faire apparaître une discussion à partir de plusieurs points de vue évoqués et mener logiquement à bien la problématique.
Dans le modèle thèse/antithèse/synthèse, la synthèse n'est pas le résumé de la thèse et de l'antithèse mais doit surmonter la contradiction. Choisir un autre modèle de progression si on ne voit pas comment établir la synthèse.

La conclusion

Elle comprend :
- Le bilan de la réflexion
- La réponse à la question
- L'ouverture de la discussion
ttre que de le mentionner là où cela n'a pas lieu d'être. (Conseil valable également pour le développement).
Pas de conclusion "vaticinante"
Répondre à la question initiale posée

Terminer par une question ou une citation permettant d'ouvrir la discussion (sans passer cependant "du coq à l'âne").
Elle résume toute la discussion.
Si l'introduction et le développement ont été établis en trois points, la conclusion devra faire apparaître trois points également.
Pas de conclusion "chiffonnier" dans laquelle on entasse pêle-mêle tout ce que l'on a oublié. Mieux vaut ne rien me